vendredi 11 janvier 2013

L'équilibre acido-basique



Mais c'est quoi donc cette chose ?
En fait je vous l'accorde, ce n'est pas une "petite chose". C'est, pour nous qui l'avons découvert l'été dernier, une très grande chose. Et croyez-moi, ça change la vie.


J'ai commencé à m'y intéresser par hasard. Je m'étais inscrite pour un programme enthousiasmant de "food box" : le lundi on vous livre une grosse caisse avec de quoi faire à manger pour 5 jours, et menus et recettes qui vont avec. Très séduisant : pas la peine de faire les courses et inutile de réfléchir à ce qu'on va bien pouvoir faire à manger. En plus les recettes sont faciles, originales, et rapides.
J'ai donc passé ma semaine à suivre fidèlement les instructions et cuisiner des repas délicieux et copieux. Oui mais à mesure que la semaine passait, je nous voyais nous traîner, somnoler après les repas, Takaya s'était remis à faire des apnées dans son sommeil, et je voyais mes petits mousses sans aucune énergie sur le court de tennis (ils ont cours plusieurs fois dans la semaine). La prof de tennis les pensait malades...
Jusqu'à ce que je comprenne l'origine du malaise : avec ce programme, on avait des protéines animales tous les jours. Et comme les portions étaient copieuses, on avait même des restes pour le bento du lendemain, donc on mangeait de la viande (ou du poisson, une seule fois), le midi et le soir !

La semaine suivante j'ai stoppé mon abonnement au food box, et j'ai entrepris un grand nettoyage interne pour tout le monde : repas végétariens, graines germées, smoothies détox. Non mais.
Et comme par magie, la vitalité et l'énergie sont revenues la semaine suivante (oui, ça prend un peu de temps d'éliminer les toxines).

À partir de cette expérience, j'ai commencé mes recherches et ai compris le mécanisme du malaise. La clé : le fameux équilibre acido-basique, un nom barbare j'en conviens !

Qu'est-ce donc ???
Je vais essayer de faire simple parce que c'est un tantinet ch... , mais je trouve que quand on comprend bien les rouages d'un problème, on est plus motivé pour décider d'agir.

Alors, il faut d'abord savoir que notre organisme a un pH (potentiel hydrogène, interro en fin de post) qui doit rester constant, proche de la neutralité, autour de 7,4. Il doit donc y avoir équilibre entre les acides et les bases (j'en vois un qui suit pas, au fond...).
Malheureusement, la vie moderne détraque cet équilibre en nous apportant beaucoup d'éléments acidifiants, en particulier via l'alimentation (mais pas que, on verra ça un autre jour) (édit du 12 avril 2013, c'est là : la pollution électromagnétique, comment s'en protéger). Attention, ce n'est pas parce qu'on ne mange pas "acide" qu'on ne s'acidifie pas ! Ce qui est en jeu, c'est la réaction chimique que vont produire certains aliments au contact de notre système digestif.

Quels sont les aliments incriminés ? Les premiers visés sont les aliments transformés, industriels : céréales, pains, farines raffinées, sucres... Ajoutons les protéines animales : la viande, le poisson et les fromages. Et le café, l'alcool.

Que se passe-t-il dans notre organisme quand nous mangeons ces produits ?
Le pH baisse : nous nous acidifions.
Comme notre corps est futé, il sait comment rétablir le pH qui lui convient, mais il le fait au détriment de sa propre santé : afin de lutter contre l'état d'acidose, l'organisme va puiser, partout où il peut, les éléments alcalins (basiques) qui rééquilibreront le pH. Et ces éléments, ce sont les minéraux, dont le fameux calcium...
Conséquence : avoir une alimentation acidifiante entraîne la déminéralisation (parce que les os et les dents sont les principaux pourvoyeurs de minéraux alcalins). Et nous comprenons aussi accessoirement pourquoi manger beaucoup de produits laitiers (acidifiants) entraîne la décalcification et donne donc des os et des dents fragiles...
De cette acidification, qui perturbe le fonctionnement des échanges cellulaires, découlent nos grandes maladies "modernes" : fatigue, hypertension artérielle, ostéoporose, diabète, fonte musculaire, lithiases rénales, et autres inflammations diverses... Et malheureusement, un terrain inflammatoire est un terrain propice au développement des cellules cancéreuses.

Comment, donc, limiter l'acidose ?
D'une part, en limitant notre apport en aliments acidifiants. Il ne s'agit pas de ne plus consommer de protéines, mais tournons-nous vers les protéines végétales plutôt que celles qui proviennent des animaux. Arrêtons de manger des aliments industriels : les biscuits, les pains blancs, et tout ce qui contient du sucre (autant dire presque tous les rayons alimentaires du supermarché, c'est vrai).
D'autre part, en fournissant à notre organisme des bases (éléments alcalins, vous m'suivez ?) qui permettront de faire le "tampon" (si si c'est le terme officiel !) avec les acides : ca lui évitera d'aller puiser dans notre squelette et notre dentition.

Alors ces bases, on les trouve où ???
C'est simple : globalement, tous les végétaux.
Mangez des fruits, des légumes et des feuilles.
Et comme on n'oublie pas de manger des protétines végétales, on fait attention : les céréales et les noix sont acidifiantes (car ce sont des protéines), même si elles le sont moins que les protéines animales. Il existe une formule magique pour les rendre alcalinisantes : la germination, ou à un degré moindre mais qui reste très intéressant, la prégermination, c'est à dire le trempage.
Faites tremper vos légumineuses (haricots, lentilles), vos céréales (riz complet, orge, kamut, blé...), une nuit avant de les faire cuire. Ça c'est une toute petite chose, mais ça change tout, je vous assure. Sur du long terme, je veux dire.

Il existe également des aliments super alcalinisants : les graines germées et l'herbe de jeunes pousses de blé entre autres. On en reparlera un autre jour.

Concrètement, je le dis et le redis, chez nous la prise en compte de l'équilibre acido-basique nous a changé la vie.
Pour tout vous dire, Takaya a perdu 13 kilos en 5 mois, rien qu'en respectant cet équilibre... Il ne crevait pas de faim, il n'était pas abonné aux carottes rapées, il mangeait à satiété la même chose que nous, et ça s'est fait tout seul.
Notre vitalité à tous est incomparable avec avant.

L'équilibre acido-basique est devenu pour moi un credo en matière de nutrition et donc de maintien de la santé naturelle.

(Vous avez tout compris ?)

Caroline

Pour aller plus loin, un livre :
Gérez votre équilibre acido-basique, de Christopher Vasey (naturopathe), éd. Jouvence.

8 commentaires :

Anonyme a dit…

respecter cet équilibre me permettra probablement de soulager mes problèmes d'articulation, je çraque de partout sans pour autant avoir des douleurs mais si je ne réagis pas je sens que je vais ressembler a ma grand mère avant l'heure.
Merci pour ces précieux conseils et à dans 6 mois pour les résultats !!!

Caroline Despetiteschoses a dit…

Ah oui, on dirait bien un problème d'acidose... Allez-y doucement, ne vous mettez pas la pression. Mettez un pied sur le chemin, et puis avancez à votre rythme.
De toute manière, quand on a constaté les effets bénéfiques, on n'a plus envie de revenir en arrière (ou alors le corps rappelle à l'ordre !).

Anonyme a dit…

Bonsoir,
Et merci pour cet article fort instructif. Je recherchais des moyens de soulager mon genou qui me fait souffrir sans raison apparente ni arthrose ni foulure et c'est une inflammation et j'espère avoir trouvé une réponse. Votre blog m'a bien motivé à changer ma façon de me nourrir et de me guérir par la même occasion.
Merci bcp pour votre altruisme et votre aide précieuse.
Et hop dans les favoris +++

Caroline Despetiteschoses a dit…

Bonjour !
Dans cet article qui date d'il y a un an, je parlais encore des protéines végétales. Or depuis, j'ai fait du chemin, et je pense qu'elles sont encore trop acidifiantes. Donc limitez-les au maximum (les légumes, les feuilles vertes, renferment assez de protéines). Orientez-vous vraiment vers ce qui est alcalinisant : fruits bien mûrs et légumes.
Stoppez le gluten, source d'inflammation, et les produits laitiers.
Vous verrez progressivement votre douleur s'estomper... et disparaître !

Geneviève Plante a dit…

Bonjour Caroline,
As-tu un livre de recettes acido-basiques à suggérer? Je viens de découvrir ton blog et je me demandais si tu y avais affiché des recettes.Je débute avec cette philosophie...
Merci!

Caroline Despetiteschoses a dit…

Bonjour Geneviève,
Je ne sais même pas si un tel livre existe ! En fait, une fois que tu sais que alcalinisant = fruits et légumes crus, et acidifiant = tout le reste, tu réalises les recettes que tu veux.
Sur ce blog toutes les recettes publiées après décembre 2013 n'utilisent presque que des aliments alcalinisants. Avant j'étais en chemin, mais j'utilisais beaucoup trop de légumineuses et de céréales (acidifiantes).
Donc tu peux faire une recherche dans "archives" dans la colonne de droite, en fonction de la date de publication.
Bonne lecture !

Maryse Gattegno a dit…

Bonjour! Je ne sais pas trop où poster alors je mets ici: il semble acquis que le foie joue un rôle important dans l'équilibre acido-basique (... bon... le foie joue un rôle important dans absolument tout!). Ma naturopathe m'a conseillé de prendre du Desmodium adscendens pour les troubles pré-menstruels, histoire de soulager le foie dans le traitement des hormones, et de l'aider par rapport à un terrain acide assez prononcé. Je ne connaissais pas cette plante qui a l'air absolument géniale pour tout ce qui touche au foie, et voici un site qui a été créé par deux chercheurs français qui font partie des pionniers quant à l'étude de cette plante: http://tubery.pierre.free.fr/articles.php?lng=fr&pg=3 . Bonne lecture!

Caroline Despetiteschoses a dit…

Merci pour l'info, Maryse, je vais aller lire ça. J'ai entendu parler de cette plante, sans jamais m'y arrêter encore, alors c'est l'occasion !