lundi 18 novembre 2013

Fruits acides : acidifiants ou alcalinisants ?

Parce qu'on me pose la question et que ma réponse "ça dépend des gens" ne me satisfait pas, je me penche un peu plus sérieusement sur la question : les fruits acides sont-ils alcalinisants comme "tous les fruits" ou acidifiants ?

photo : Mathurin (avec un gugus masqué caché)

Je n'invente rien, je me réfère à celui qui, pour moi, est une personne d'autorité en matière d'équilibre acido-basique, Christopher Vasey *.

Vous l'avez probablement remarqué, les tableaux qui présentent les aliments par catégorie "alcalinisants" ou "acidifiants" ne sont pas toujours d'accord. On trouve par exemple la tomate un coup dans l'un, un coup dans l'autre. Pourquoi ?

Comprenons d'abord la distinction entre les acides faibles et les acides forts. Les acides forts, c'est simple, sont presque tous issus de la digestion des protéines animales : acide urique, acide sulfurique, acide phosphorique par exemple. L'élimination de ces acides demande un travail considérable à l'organisme, et, d'ailleurs, cette capacité d'élimination est limitée. Par conséquent, l'excédent d'acides forts s'accumule, il est stocké dans l'organisme.

En ce qui concerne les acides faibles, ils sont surtout produits par la consommation de produits végétaux. Ces acides (acide citrique, acide oxalique, acide pyruvique, acétylacétique...), une fois dans notre organisme, sont oxydés, puis éliminés par la voie gazeuse via les poumons : par la respiration.
Contrairement à l'élimination des acides forts, celle en acides faibles est illimitée, mais mais mais... inégale selon les personnes. Et c'est là que nous trouvons la réponse à notre question : certaines personnes (peu nombreuses) présentent une faiblesse métabolique face aux acides faibles. Ce sont les personnes qui ont une faible activité enzymatique, autrement dit qui ne produisent pas assez d'enzymes hépatiques et pancréatiques. C'est pourquoi le citron sera alcalinisant pour la plupart des gens, mais acidifiant pour ceux qui ont cette faiblesse métabolique face aux acides faibles et dont l'organisme n'arrive pas à oxyder les acides du citron.

Christopher Vasey insiste donc sur une 3ème catégorie dans le tableau de l'équilibre acido-basique : en plus de la liste des aliments acidifiants et des aliments alcalinisants, il donne la liste des aliments acides qui seront consommés avec précaution par les personnes souffrant de faiblesse métabolique face aux acides.

Voici sa liste des aliments acides (et donc, soit alcalinisants, soit acidifiants, selon les cas) :

  • les fruits pas mûrs
  • les fruits acides (groseilles, cassis, framboises, fraises, agrumes, certaines pommes, certaines cerises, certaines prunes, certains abricots...)
  • le melon et la pastèque
  • la tomate, la rhubarbe, l'oseille, le cresson
  • le petit-lait, le lait caillé, le kéfir de lait, le fromage blanc frais
  • la choucroute et les légumes lacto-fermentés
  • le vinaigre

Mais alors... Comment savoir si l'on fait partie des gens qui oxydent mal les acides faibles ?

Vasey propose d'en faire le test soi-même : manger beaucoup d'aliments de cette liste sur 1 ou 2 jours, et vérifier les symptômes. Si les douleurs habituelles augmentent, si les problèmes de peau s'intensifient, si la fatigue s'accumule... alors ces aliments sont acidifiants pour la personne.
Si rien ne se passe (ou je dirais, si les symptômes s'atténuent du fait de l'alcalinisation apportée), alors ces aliments sont alcalinisants.

Voici donc la réponse de Christopher Vasey à la question sur les fruits acides : ils ont un effet différent selon qui les consomme. Et pour savoir s'ils sont bons pour nous ou mauvais, il n'y a que nous pour en faire l'expérience et en tirer une conclusion.

Je comprends que cette réponse ne soit pas satisfaisante pour certaines personnes qui sont un peu perdues. En matière de santé, nous avons été éduqués pour ne faire confiance qu'au médecin, qu'aux livres écrits par des "spécialistes", nous avons été matraqués par des informations effrayantes à la télévision, et ainsi, depuis trop longtemps, nous avons perdu l'instinct et la confiance en nous-mêmes.

J'aime néanmoins cette approche empirique. J'aime qu'on me dise de me prendre en main, de tester, d'essayer, de m'écouter, et de ne pas attendre des listes d'aliments "autorisés" ou "interdits". J'aime cela, car je me sens plus autonome et plus responsable. C'est un peu ce que je souhaite transmettre via ce blog :  il faut réapprendre à s'écouter. Il faut essayer, observer, éventuellement prendre des notes sur ses expériences, mais toujours s'affranchir des fameuses listes. Et à la base : se faire confiance.

Caroline

* un livre, entre autres : L'équilibre acido-basique, source de bien-être et de vitalité, Christopher Vasey, éditions Jouvence

PS : voir également
l'équilibre acido-basique
- l'acidose et les maladies
- les crises de guérison

8 commentaires :

Anonyme a dit…

Très intéressant cet article, surtout la conclusion sur le fait de s'écouter, de se faire confiance et, par là même, de se responsabiliser. C'est ce que je dis tout le temps à mes élèves (je suis prof de yoga): "ne faites pas cette posture parce que je ou "on " vous dit qu'elle est bénéfique, faites là si vous sentez qu'elle vous fait du bien". Pour ma part j'ai constaté que trop de cru dans mon alimentation ne me convient pas: je digère mal... Et si je mange des fruits acides, exotiques ou pas assez murs (surtout le kiwi, les oranges ou les litchies), je développe des aphtes. Est ce que ça peut vouloir dire que je fais partie de cette minortité dont tu parles? J'ai aussi remarqué qu'un demi jus de citron dilué dans un verre d'eau le matin à jeun me donne des crampes d'estomac... Bref, en effet nous sommes tous uniques et il faut réapprendre à faire confiance à l'intelligence phénoménale de notre corps. Taia

maman a dit…

Tout ce que tu dis confirme ce que je pressentais concernant ton papa ; d'instinct il n'aime pas certains fruits et ne court pas après les légumes crus et je pensais que c'était par simple goût et par "ignorance " de ce qui est bon pour lui mais maintenant je comprends que c'est pcq'il s'écoute ( sans le vouloir ) qu'il s'écarte de certains aliments.
Sais tu que le green lui donnait des maux d'estomac ?

Caroline Despetiteschoses a dit…

Bonjour Taia, honnêtement, je ne saurais dire si tu fais partie des gens qui ne métabolisent pas (ou mal) les acides faibles, mais ce que je peux dire c'est que si les fruits qui les produisent te gênent, alors évite-les simplement !

Caroline Despetiteschoses a dit…

Maman, la différence c'est que les légumes (crus ou cuits) n'entrent pas dans cette 3ème catégorie des aliments "acides". De même que le green, qui est hyper alcalinisant. Donc, par définition, tout cela est hautement recommandable (le cru n'étant pas une fin en soi, on peut manger les légumes cuits).
Si le green provoque des maux d'estomac, c'est par son effet détox très puissant : il faut alors diminuer la dose. Relâcher les toxines trop vite n'est jamais bon, mais les relâcher (en vue de les éliminer) est indispensable. Sinon on maintient l'acidose et rien ne change, à part les symptômes qui s'accentuent / ou se taisent un moment pour exploser un jour...
Quand je dis qu'il faut se faire confiance, il faut le faire en connaissance de cause : ce n'est pas parce que quelqu'un adore le steak-frites qu'il peut dire impunément "moi j'aime ça, alors j'en mange tous les jours puisqu'on me dit de m'écouter !". Ce n'est pas parce qu'un enfant refuse de toucher aux légumes et ne réclame que des pâtes qu'il faut se dire "son instinct est sûrement le bon, je lui donne des pâtes" ! Il faut forcément aller plus loin : observer au delà du simple plaisir que procurent les aliments, observer les conséquences. Et accepter d'en tirer des conclusions. Je ne dis pas ça pour Papa mais d'une manière générale : ce serait un peu trop facile sinon !
Quoi qu'il en soit, quand les légumes crus donnent mal au ventre, c'est bien souvent le symptôme d'un système digestif dysfonctionnel. Donc oui il vaut mieux, dans un premier temps, les manger cuits.

Antoine a dit…

Je croyais qu'il fallait manger des fruits le plusieurs tard possible dans la journée pour que l'organisme encaisse l'acidité... ?

Caroline Despetiteschoses a dit…

Antoine enfin quoi ! ;o) Les fruits ne sont pas acidifiants mais alcalinisants. Même les fruits acides, sont, pour la plupart des gens, alcalinisants (il faut vraiment une déficience enzymatique pour qu'ils deviennent acidifiants).
Essaie, je t'assure, ça change la vie ! Bises

Lucie a dit…

Très juste, mais je nuancerais cependant : je pense qu'il est possible, lorsqu'on fait partie des personnes présentant une faiblesse "métabolique" aux acides faibles, de passer dans le camp des personnes tolérant bien les acides faibles, après s'être parfaitement détoxiné, avoir combattu l'acidose et avoir éliminé de son alimentation les acides d'origine animale. En bref, je ne crois pas trop au métabolisme, lorsqu'une personne, quelle qu'elle soit, est en bonne santé, elle est capable d'assimiler parfaitement tous les végétaux !

Caroline Despetiteschoses a dit…

Merci Lucie pour cette intervention ! Et je suis en-tiè-re-ment d'accord avec toi : il est possible, parfaitement possible, de remédier à cette faiblesse métabolique. Et la méthode que tu indiques (détoxination, alcalinisation) est de toute manière la seule qui permette de lutter contre tous les problèmes.
Merci, c'est une erreur de ma part que d'avoir oublié de mentionner que rien n'est définitivement joué !